LA LENGA DEL CANTAL

            Comme l’espagnol, le français ou l’italien… l’occitan est une langue romane, elle est très proche du catalan, ceux qui la parlent peuvent comprendre les catalans et converser avec eux.
Langue de culture au Moyen-Âge, elle était la langue des troubadours. Elle a été porteuse à travers les siècles, de tout un art de vivre et d’un héritage séculaire, technique, scientifique et littéraire.

Elle est présente dans
les noms de familles : Prat, Delrieu, Fabre, Poulidor, Delort
de lieux : Polminhac, Montsalvy, Chaudes-Aigues, Raulhac, La Brousse, Caussade, Le Puech
dans le vocabulaire français de la géographie : garrigue, mistral, adret
de la géologie : causse, aven
de la gastronomie : cassoulet, trufade
Beaucoup de ses mots sont passés dans la langue française.
Vous les employez tous les jours : cadet, escapade, pétanque, pelouse, daurade… et le plus beau de tous amour !

               Cette langue est parlée dans 32 départements du sud de la France, dans les vallées du Piémont en Italie et en Val d’Aran en Espagne où elle est co-officielle avec l’espagnol ou castillan et le catalan.
Sur un espace aussi important il y a des différences. L’on divise les pays de langue d’oc ou Occitanie en zones dialectales.

LES GRANDS PARLERS OCCITANS
(carte C. Liethoudt, © Ostal del libre)

Le département du Cantal appartient à deux zones dialectales. On parle le languedocien dans l’arrondissement d’Aurillac et dans quelques communes de l’arrondissement de Saint-Flour (partie occidentale des anciens cantons de Pierrefort et de Chaudes-Aigues), espace délimité approximativement par les vallées de la Bertrande et de la Maronne au nord, les monts du Cantal et la vallée du Brezons à l’est.
Dans les arrondissements de Mauriac et de Saint-Flour, on parle le dialecte auvergnat. Cela n’empêche pas la communication entre les cantaliens, il suffit de connaître quelques règles, données à partir des exemples suivants.

En languedocien la lettre a finala atone est prononcée o, en auvergnat elle est prononcée a ou e.
c(k) en languedocien devient ch en auvergnat, ex pour le mot chèvre :
cabra (pr : cabro) / chabra (pr : tchabra, tchabre)
g(gu) en languedocien devient j en auvergnat, ex pour le mot lessive :
bugada (pr : bugado) / bujada (pr : budjada, budjade)
La lettre l inter-vocalique se prononce r à Saint-Flour, gu à Mauriac et Riom-ès-Montagnes, ex pour le mot école :
à Aurillac                     à Saint-Flour                          à Mauriac
escòla (pr : escolo)    escòla (pr :escora, escore)    escòla (pr : escoga)
La lettre l finala, après les voyelles a et o peut se prononcer ou en languedocien, ex pour le mot maison : ostal (pr : oustal ou oustaou)
La lettre l finala , après une voyelle peut-être prononcée r , en auvergnat, après a et o elle peut être prononcée ou ; selon les lieux on peut avoir ces deux prononciations pour le mot maison : ostal (pr : oustar ou oustaou).

 

E per mièlhs descobrir la lenga nòstra, Pèire Raimond, regent de la Calandrata del Vernhat a Orlhac, vos propause aquela causida de poësias, qu’a transcrichas en grafia classica, e que son tiradas de la revista La Cabreta (1895-1939 )

Loís Delhostal

La lenga d’òc

Es canda coma un riu quand l’aiga sus las pèiras
Sembla un miralh pels bòrds, pels aures atintats,
Coma las nuèchs d’estiu que passariatz entièiras
A reivar dessul banc ont vos sètz assetats

Es fresca coma un pè de majofas maduras
Coma la flor que ven d’espelir lo matin
Coma la pòta de l’enfanton que s’atura
Per vos far un poton dabans lo despartin

Es leugièira coma un nene, una fèia
Passa coma lo Drac suls puègs e suls combèls
Mès pòt menar d’aplomb los èrs de borrèias
Dire cossí sap far esturlusir los uèlhs

Es risenta; dirá la cançon de la prima
Aquela dels aucèls esconduts pel folhat
Lo reire dels enfants, lo poton de la lima
Que tòrna far lusir lo quite fer rolhat.

Es doça coma la pàvia, la mespola
Coma lo mèu dins lo brescat a fin d’ivèrn
Coma lo rasimat o lo bolhon de pola
La reiç de regalissa e l’aire pels travèrs

Los puègs seráun pus bèls, las ribièiras pus candas
L’aucèl pus vertiriós, lo prat pus mergalhat
Lo solelh tarirá los golhats de las landas
Amb la calha direm: Blat calhat! Blat calhat!

Le Trou du Diable (AD15)

 

 

Arsèni Vermenosa

Los mòts los pus vièlhs

Fialaira del Cantal (AD15)

Quò’s las fialairas de conolhas
Que sabon los mòts los pus vièlhs ;

Mai d’una, al mièg de las estolhas,
Me’n áun dich, en gardar sas olhas,
Que son pas brija bufarèls.

Ieu, tot mòt qu’es passat de mòda,
L’ai totjorn sus la lenga : atau
Aquel mòt tòrna partir, ròda
De l’un a l’autre, e pauc a pauc,
L’enfant perdut tòrna a l’ostau.

Los vau quèrre jos la clojada,
Dins lo masuc, lo vedelat,
Darrièr lo tèrme e lo valat.
N’ai l’ama talament arsiada
Que los suque coma del lach.

Los cèrque amb l’ajuda dels pastres
E dels tunaires quitament ;
E, quand ne’n tròbe, sul moment
M’es avís qu’ajuste dels astres
A la fàcia del firmament.

 

                          En plen vent

Aquel òme a fach tot son libre
En plen vent, coma ditz, jol solelh, dins l’èr libre.

Aquel òme coneis los eissiarts, las estolhas,
Ont los pastrons gardon las olhas.

Lo seguètz pels travèrs, pels ròcs, pels escalòs.
Lo ser, per far sos vèrs, gu-el cauça los esclòps.

Feinas, lèbres, senglards, gusards e rapinèls,
Granolhas e grapalds, còrpas e cavanèls,

Tot l-i ’s ; e tot aquò, sauta, camina, crida;
Tot aquò se bolèga e tot aquò’s en vida !

E los rius del país, ont la trocha s’escond;
E las landas, los bòscs, quand lo solelh trescond.

E l’auseral noitut e tòrs coma una bòba,
La soca de garric daunat : tot l-i se tròba.

Estève Marcenac

La lenga del brèç

La lenga del brèç que nos apren la maire
Ne s’oblida jamai! La buvam dins son lach
Pichon, pel premièr còp, un jorn davant lo caire
Disam mamà o papà dins aquel vièlh parlar

Quò’s gu-ela que nos ditz, quand nos fasam sus l’atge
Lo temps ont siam enfants, l’ostau ont sam nascuts
Tot lo plaser qu’aviam a córrer lo vilatge
Los compenhs, los prats ont nos sam resconduts.

 

 

 

AD15 : « En Auvergne – Lou bret (le berceau) »- Collection Gély, Salers, n° 59 (début XXe siècle)